Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de Cyrille Amiel

blog de Cyrille Amiel

Billets d'humeur, articles et chroniques consacrés à la littérature et à la musique

Jack Montrose, Blues and vanilla

Jack Montrose

Blues and vanilla

Saxophoniste ténor de Jazz, compositeur et arrangeur américain, il voit le jour le 30 décembre 1928 à Détroit, Michigan. Pendant son enfance, l’apprentissage de la musique l’amène à pratiquer le sax alto et la clarinette. Ce qui l’incite à adopter le sax ténor est une énigme que le musicien gardera pour lui jusqu’à sa mort le 7 février 2006. On le retrouve dès 1951 au pupitre de sax ténor dans le groupe de Shorty Rogers et il participe en 1953 à l’ultime reconstitution du sextet de John Kirby.

Son diplôme en poche, il multiplie les contrats avec Jerry Gray (1953), Art Pepper (1954), Clifford Brown (1954). Toutefois, tenaillé par la fièvre de la composition et avide de s’exprimer musicalement, il enregistrera rapidement sous son propre nom (1955, 1957).

La musique de Jack Montrose est très influencée par les courants de son époque et ne constitue pas, selon moi, une musique d’avant garde ou expérimentale. Elle revêt les atours du style de la côte Est avec des morceaux bebop et des albums comme Blues and Vanilla qui évoque plutôt le cool jazz de la côte Ouest.

Son œuvre explore les styles de jazz en vogue à l’époque. Il fait le grand écart entre les deux principaux styles évoqués plus haut. Il est très marqué par le bebop de Lester Young et par le raffinement caractéristique de la côte Ouest. Tout en étant attaché à la musique savante européenne, il explore le blues avec délectation le considérant comme une composante inaliénable du Jazz.

C’est un musicien de premier plan même si son œuvre pêche, me semble t-il, d’un manque d’originalité. Toutefois, elle constitue une véritable photographie du jazz des années 50/60. Vers 1960, il devient musicien d’ambiance jusqu’en 1980 où il participera à une sorte de revival du genre.

Je vous invite à le découvrir ou à le redécouvrir à travers ce morceau tiré de l’album Blues and Vanilla : Bernie’s tune

 

Cyrille Amiel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article