Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de Cyrille Amiel

blog de Cyrille Amiel

Billets d'humeur, articles et chroniques consacrés à la littérature et à la musique

Le jour avant le bonheur de Erri de Luca

Le jour avant le bonheur de Erri de Luca

Nous sommes à Naples, dans l’immédiat après-guerre. Un jeune orphelin qui deviendra plus tard le narrateur vit sous la protection d’un concierge, don Gaetano. Ce dernier est un homme généreux, attaché au bien-être du petit garçon qui grandit à ses côtés. Il lui apprend à jouer aux cartes, lui montre comment se rendre utile en effectuant de menus travaux. Mais Don Gaetano possède un autre don : il lit dans les pensées des gens. Il sait par conséquence que son protégé reste hanté par l’image d’une jeune fille entraperçue par hasard, un jour, derrière une vitre au troisième étage…

Mon avis : Erri De Luca évoque, à travers ce récit une relation père-fils. Un orphelin surnommé "a scigna" par ses camarades de jeu, c’est à dire le singe en italien, joue au football dans la cour du vieil immeuble dans lequel il habite. Don Gaetano en est le concierge. Orphelin, lui aussi, il prendra le jeune garçon sous son aile, endossant le rôle de père de substitution.

Ce court roman décrit la relation d’amour filial, à travers le regard du jeune garçon. L’auteur utilise la première personne du singulier pour animer le personnage principal qui n’a pas de prénom. Sans nom de baptême, nous pouvons supposer qu’il s’agit d’un récit puisant dans l’histoire de l’auteur. Ce fils pose un regard sublimé sur Don Gaetano, lui prêtant des pouvoirs télépathiques. Magnifié, il incarne le héros par excellence puisqu’il est tour à tour résistant luttant contre les allemands mais aussi « juste » lorsqu’il cache un homme fuyant la déportation. Ce père idéal va l’éduquer à sa manière et lui faire partager une vie pauvre et simple.

Lors d’une partie de football, le ballon est envoyé accidentellement sur un balcon et le jeune homme grimpe le long des tuyaux pour le récupérer. À cette occasion, il croise le regard d’Anna, une jeune fille dont il tombe éperdument amoureux. Son destin est scellé et il ne cessera de penser à elle jusqu’à ce qu’il la retrouve plusieurs années plus tard.

Erri De Luca fait, de nouveau, la preuve de son talent avec ce court roman. Ce texte est ciselé de phrases superbes de musicalité et de profondeur. Cette lecture est une véritable nourriture pour l’esprit nous amenant à la méditation et à la réflexion.

L’auteur évoque également son rapport à Dieu et à la religion juive, véritable fil rouge de son activité d’écrivain. Erri De Luca me paraît animé par cette quête de lui-même. Ses romans semblent être des pierres blanches déposées sur le sol afin de nous permettre de le suivre à la trace sur le chemin de la paix.

Cyrille Amiel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article