Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de Cyrille Amiel

blog de Cyrille Amiel

Billets d'humeur, articles et chroniques consacrés à la littérature et à la musique

Les origines de : Tromper

Le saviez-vous ?

Cette rubrique est l’occasion d’explorer les mots mais aussi les expressions et les usages de notre quotidien afin d’en retrouver les origines sémantiques et/ou étymologiques.

Aujourd’hui, je vous propose de nous intéresser au mot : Tromper

Tout le monde connaît la signification de ce verbe : il induit l’idée de « se jouer de » ou de « se méprendre ». Le latin nous offre la piste du mot « trumpare » altération de « triumpare », triomphe en français.

Il évoque là l’idée d’un avantage prit sur quelqu’un.

Andréa Mantegna, Triomphes de César, 1486,1492

Andréa Mantegna, Triomphes de César, 1486,1492

Mais saviez-vous qu’au XIIème ou au XIIIème siècle, tromper signifiait « jouer de la trompe ou de la trompette » ?

Notre recherche sur les origines du mot nous invite à interroger le francique. La langue des Francs nous donne « trumpa » dont l’origine serait une onomatopée « trump ! ».

Le mot français « trompe » issu du francique, désigne un instrument à vent formé d’un tube évasé en pavillon.

La trompette n’est pas un instrument anodin, on la prétend fille du schofar hébraïque, instrument fait d’une corne de bélier ou de bouc.

Les origines de : Tromper

Le schofar est l’instrument du pouvoir religieux, il est utilisé lors des cérémonies, il fait référence au bélier sacrifié, à la place de son fils, par Abraham sur l’ordre de Dieu.

La corne est aussi utilisée pour alerter de la venue d’ennemis ou dans l’iconographie chrétienne pour annoncer le jugement dernier.

Les anges l’annoncent, selon l’apocalypse de Saint Jean au moyen de trompettes et de grandes cornes recourbées.

La trompette communique. Elle transmet des appels militaires et des informations à caractère religieux. En tant que symbole du pouvoir religieux et militaire, nous pouvons la rattacher à la « salpinx » grecque et au « lituus » de l’ancienne Rome.

Salpinx

Salpinx

« La sonorité pénétrante de la trompette en faisait l’instrument privilégié des signaux militaires. Elle annonçait le départ, donnait le signal de l’attaque et de la retraite, accompagnait les triomphes et indiquait la fin des actes dans les représentations théâtrales. » (cf, La musique, Hazan, Alberto Ausoni)

La trompette accompagnait les triomphes...

Cette phrase sonne étrangement lorsque nous mettons en parallèle les différentes interprétations. N’évoque t’elle pas une double intention : celle d’annoncer, mais aussi de tromper, de se jouer de celui qui entend, de celui qui écoute cette trompette ?

Par conséquent, l’instrument ne symboliserait il pas le discours politique ? Il annoncerait, avide d’un triomphe et n’hésiterait pas lorsque c’est nécessaire, à tromper.

Les mots tromper et triomphe évoquent une relation duelle. À travers cette étrange polarité, ils mettent en évidence nos faiblesses. Le mot tromper fait allusion à une musique prompte à troubler nos sens, à nous éloigner de la raison et de la vérité.

Cyrille Amiel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article