Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de Cyrille Amiel

blog de Cyrille Amiel

Billets d'humeur, articles et chroniques consacrés à la littérature et à la musique

Les origines de : corde

Le saviez-vous ?

Cette rubrique est l’occasion d’explorer les mots mais aussi les expressions et les usages de notre quotidien afin d’en retrouver les origines sémantiques et/ou étymologiques.

Aujourd’hui, je vous propose de nous intéresser au mot : corde.

L’étymologie de corde semble toute tracée et nous mène directement de l’italien « corda » au Xème siècle, au latin « chorda », boyau, corde d’instrument de musique, et au grec, «Khordê », boyau.

Si le terme « corda » en italien désigne l’aspect utilitaire, fonctionnel, il est amusant de noter la proximité entre la corde c'est à dire ce qui lie, et les termes proches comme « cordial », «cordialité » ce qui nous relie par le cœur, « corda » en latin.

Concernant les cordes des instruments de musique, le latin nous propose un autre mot « fides », lyre, luth, instruments à cordes et renvoie, en outre, à la foi.

Entre « fides », l’instrument à corde et la foi qui nous relie aux Dieux, il n’y a qu’une vibration : celle du cœur.

Les origines de : corde

« Fides » ou fidélité dans la mythologie romaine est la déesse de la bonne foi et de l’honneur. "Dans le panthéon romain, elle entretenait des rapports privilégiés avec Concordia et Ops (abondance), ses voisines immédiates sur le capitole." (Wikipédia).

Les origines de : corde

Concordia (Concorde) est la déesse du paganisme qui est la religion des païens, les polythéistes. Notons que le mot religion en latin "religio –onis" souvent rattaché à "religare" traduction de lier ou le fait de se lier aux dieux. Toujours des liens et des cordes.

La concorde est symbolisée dans l’allégorie politique du XVème siècle par les instruments à cordes. La musique dotée de ses instruments symbolise la tempérance, l’harmonie et la concorde.

À cette époque, les cercles humanistes reprirent le rapprochement établi par Platon (Les Lois, II) qui établissait un parallèle entre l’homme politique et le musicien, soulignant l’analogie entre les qualités nécessaires pour celui qui gouverne et celui qui doit obtenir de son instrument l’harmonie parfaite des sons.

Peu à peu, les artistes représentent, dans les portraits des souverains, des instruments de musique et des partitions qui incarnent l’idée d’un Etat dirigé avec sagesse, tempérance et harmonie. Par nature, les instruments à cordes, tels que la lira da braccio et le luth symbolisent le concept de concorde.

Les origines de : corde

Ainsi, Jean Garnier, dans son tableau, « Allégorie de Louis XIV, protecteur des arts et des sciences », introduit plusieurs instruments à cordes. Sur la droite, on peut aussi distinguer une musette de cour (voir mon article sur la cornemuse). Ces instruments représentent les qualités du Roi, ses compétences à créer une harmonie supérieure et à garantir l’équilibre entre les citoyens et les différentes composantes de l’Etat.

Nous constatons que la corde est propice à de nombreuses associations d’idées. Le symbolisme dont elle semble être porteuse nous invite à ne pas considérer l’objet du seul point de vue pratique.

La corde était utilisée par les bâtisseurs. Elle est à l’origine du mot cordeau, outil servant à délimiter la base d’un mur. L’expression, « tracé au cordeau » suggère l’idée de justesse et de droiture. Ces qualités indispensables à la construction d’un ouvrage sont à transposer dans le domaine de la conduite spirituelle, les désignant comme base incontournable à l’élaboration de règles morale.

Les origines de : corde

Si elle est inséparable de la notion d’attache, la corde, munie d’un plomb, définie la verticalité. Associée au bâton, elle permet de tracer des cercles et crée le compas. Elle est aussi la droite reliant deux points. Corde à nœud, elle devient lacs d’amour ornant les temples de certaines sociétés discrètes. Les interprétations symboliques sont nombreuses, la notion de lien, de ce qui nous unis ou l’idée que les entrelacs des nœuds définiraient le cheminement tortueux de nos pensées. Un chemin fait de tours et détours, de retour en arrière et de nouveaux départs.

Les origines de : corde

En parlant de tour, j’aime celui du fakir qui, sous le commandement de sa musique fait dresser sa corde vers le ciel. Certains y verront peut-être la manifestation d’un désir ou l’expression d’un élan irrépressible. J’aime bien cette corde car elle semble, d'une part, relier la terre au ciel et, d'autre part, nous murmurer que pour pouvoir tenir verticalement, il y a, peut-être, quelqu’un là-haut qui en tient l’extrémité.

Cyrille Amiel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

MUSTACCHI RAYMOND 19/09/2016 18:04

J'ai fort apprécié cet article! Bravo! Passionnant!
J'ai hâte d'aller découvrirles précédents....on en reparlera!

Avec ma sympathie

Cyrille Amiel 19/09/2016 19:16

Bonjour Raymond, très heureux de faire votre connaissance. Cordialement