Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de Cyrille Amiel

blog de Cyrille Amiel

Billets d'humeur, articles et chroniques consacrés à la littérature et à la musique

Salammbô de Gustave Flaubert

 Peinture de Alma-Tadema. Une lecture d'Homère.
Peinture de Alma-Tadema. Une lecture d'Homère.

Ce roman historique se déroule au terme de la première des trois guerres puniques qui opposèrent Carthage à Rome (la première guerre punique, 264-241 av J.C).

Hamilcar l’un des deux suffètes (rois) de Carthage revient de sa campagne après avoir affronté les légions romaines. Dans ses bagages des milliers de mercenaires venu des quatre coins du monde méditerranéen débarquent sur les plages de ce qui deviendra, beaucoup plus tard, la Tunisie. Attendant d’être payés et désireux de rentrer chez eux. Le suffète est encore en mer, à bord de la dernière trirème qui doit aborder la ville sous peu.

Le roman débute par la scène du banquet. Il a été dressé pour l’occasion dans les jardins du suffète.

« C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. »

Les mercenaires sont dans un premier temps impressionnés par la magnificence du lieu puis peu à peu, l’alcool aidant, ils finissent par s’enivrer et par tout détruire. Les guerriers ivres dégraderont le jardin, tueront quelques esclaves et blesseront mortellement les animaux sauvages parqués à proximité et pilleront les temples dédiés aux dieux carthaginois.

Alertée par le tapage, Salammbô, fille d’Hamilcar, apparaît afin de rétablir l’ordre.

« Sa chevelure, poudrée d’un sable violet, et réunie en forme de tour selon la mode des vierges chananéennes, la faisait paraître plus grande. Des tresses de perles attachées à ses tempes descendaient jusqu’aux coins de sa bouche, rose comme une grenade entrouverte. »

L’histoire débute véritablement à cet instant. Au moment où, parmi les mercenaires, Matho, le chef du contingent libyen voit pour la première fois la princesse. Il tombe immédiatement éperdument amoureux. L’amour éprouvé par Matho devient véritablement l’énergie du roman.

Matho, porté par l’amour et le besoin irrépressible de retrouver Salammbô, qui elle, ne l’a même pas remarqué parmi la foule de mercenaires, prendra la tête de la révolte (La guerre des mercenaires, automne 241- fin 258 av J.C).

Pour cela, il mènera une lutte sans merci contre Hamilcar, trainant ses compagnons d’infortune de bataille en bataille, de souffrance en souffrance jusqu’à ce qu’il l’a retrouve enfin.

Ce roman parle d’amour, de passion magnifiée au-delà de la souffrance et de la mort.

C’est un texte d’une beauté sans égale, porté par l’un des plus grands écrivains français. Pour moi, si nous ne devions retenir qu’un roman de l’œuvre de Flaubert, ce serait celui-là tant il exprime avec brio et talent les sentiments qui nous animent tous.

De plus, c’est un plaisir intense de découvrir Hannibal enfant et de voir en images, à travers la plume de Flaubert, un épisode de l’histoire de l’antiquité.

La fin du texte est d’une beauté et d’une sauvagerie à couper le souffle.

Ce roman s’adresse aux passionnés d’histoire et d’aventures mais aussi aux cœurs tendres.

Et vous, quel roman de Flaubert préférez-vous ?

Cyrille Amiel

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article