Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de Cyrille Amiel

blog de Cyrille Amiel

Billets d'humeur, articles et chroniques consacrés à la littérature et à la musique

La voie du sabre de Thomas Day

La voie du sabre de Thomas Day

Pour parfaire l’éducation de son fils Mikédi, le chef de guerre Nakamura Ito le confie à un rônin du nom de Miyamoto Musashi. Un samouraï de légende, le plus grand maître de sabre qu’ait connu l’Empire des quatre poissons-chats. Ensemble, pendant six longues années, le maître et l’apprenti vont arpenter la route qui mène jusqu’à la capitale Edo, où l’Impératrice-Dragon attend Mikédi pour en faire son époux. Mais la voie du sabre est loin de trancher l’archipel en ligne droite : de la forteresse Nakamura aux cités flottantes de Kido, du palais des saveurs à la pagode des Plaisirs, Mikédi apprendra les délices de la jouissance, les souffrances du combat, et la douceur perverse de la trahison.

Mon avis : le récit débute par le testament de Mikédi. C’est à travers le témoignage d’un homme de trente ans annonçant sa mort prochaine que l’auteur nous fait découvrir son personnage principal : Myamoto Musashi. Célèbre samouraï du XVIe siècle (il meurt en 1645) dont l’histoire a été maintes fois racontée et embellie. La vie d’un des plus grands guerriers Japonais nous est racontée par un enfant de douze ans. On ne sera donc pas surpris de découvrir un monde fantasmagorique peuplé de monstres, de femmes-dragons, de tatouages animés et de magiciens. Un univers teinté d’érotisme qui n’est pas sans rappeler « les belles endormies » de Kawabata.

Il me semble que l’auteur évoque au moins deux thèmes : d’une part, les relations conflictuelles entre un père et son fils. Mikédi est élevé par un père absent qu’il aura vu cinq fois à l’âge de douze ans. Il voit son père de substitution, le samouraï Kaitsu, se faire sepukku. Enfin, les relations qu’il noue avec Musashi, son père spirituel, sont basées sur l’affrontement et la trahison. Et d’autre part, il aborde le conflit intra psychique. Mikédi surnommé par Musashi, démon, incarne peut-être justement le démon de Musashi ; sa part d’ombre. Car, si la voie du sabre de Thomas Day est un cheminement spirituel, l’introspection qu’elle suppose, annonce le combat d’un homme avec ses doutes, ses peurs et sa nature profonde portée sur la violence.

À lire sous peine de décapitation...

Cyrille AMIEL

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article